Le 1er septembre, ça évoque quelque chose pour vous? 

Pour moi, ce sont des souvenirs qui émergent. La date de fin et la date de commencement. Parce que c’est aussi ça. Les opposés. La nature nous invite à rentrer tranquillement à la maison. Les nuits sont plus fraîches. Le soir commence plus tôt. Avez-vous remarqué que le jour met son pyjama plus de bonne heure? Le temps des vacances estivales tirent à sa fin. Oh! Il y a bien quelques retardataires. Quand j’étais petite, les « chanceux » qui avaient des chalets les quittaient pour rentrer en ville et reprendre leurs activités. Le chalet, ce sera pour l’été suivant. 

Et il y a aussi le commencement. La rentrée scolaire. La nouvelle enseignante. Les nouveaux ami.es. Les nouveaux défis au travail. On va tout découvrir ça. 

Aujourd’hui, la ville s’invite à la campagne. Un peu partout où habite encore là nature, on voit des châteaux s’élever, les fleurs sauvages, naturelles être délogées par des fleurs cultivées. L’artificiel déloge la beauté naturelle. Y’a rien de bon, Y’a rien de mauvais. Pas de jugements.  

C’est du changement. Et le changement est requis.  

Tout est cycle. On passe lentement de l’été à l’automne. On est en transition. Go with the flow.  

La vie nous offre ces temps de transition pour nous adapter. On fait des choix. On prend des engagements. On s’inscrit à de nouvelles formations. On se prépare à changer de cycle. On tourne la page de la « farniente. » On troque le maillot de bain pour le chandail de laine, les activités nautiques pour la période de chasse, de promenade dans le bois. Les feuilles commencent à changer de couleur avant de se mettre à tomber.  

Et cela se fait naturellement. Tout d’un coup, on a le goût de retrouver notre cohérence., de prendre soin de soi.  

Et pour vous la date du 1er septembre, ça vous dit quoi?